Sale il costo delle catastrofi per gli assicuratori

LAURENT THÉVENIN

LES CATASTROPHES NATURELLES ET D’ORIGINE HUMAINE ONT CAUSÉ POUR 158 MILLIARDS DE DOLLARS DE DÉGÂTS EN 2016, SELON SWISS RE. LA FACTURE POUR LE SECTEUR DE L’ASSURANCE S’ÉLÈVE À 49 MILLIARDS DE DOLLARS, CONTRE 37 MILLIARDS EN 2015.
L’année 2016 est d’ores et déjà plus coûteuse sur le plan des catastrophes naturelles et d’origine humaine que 2015. Selon les premières estimations publiées jeudi par le réassureur Swiss Re, le montant total des dégâts s’est élevé à 158 milliards de dollars (150 milliards d’euros), soit bien davantage que l’année passée (94 milliards de dollars). Ce montant se situe toutefois légèrement en dessous de la moyenne annuelle des dix dernières années (175 milliards de dollars). La facture pour les assureurs et leurs réassureurs est, elle aussi, à la hausse, à 49 milliards de dollars, contre 37 milliards un an plus tôt. A elles seules, les catastrophes naturelles leur ont coûté 42 milliards de dollars de pertes assurées, contre 28 milliards en 2015. Cela reste un peu moins que la moyenne annuelle des dix dernières années (46 milliards de dollars). La charge liée aux catastrophes causées par l’homme (accidents industriels, crashs d’avion, etc.) est légèrement moindre qu’en 2015 (7 milliards de dollars, contre 9 milliards). La série de tremblements de terre qui a ébranlé le Japon en avril aura été l’événement le plus coûteux de l’année pour l’industrie de l’assurance (5 milliards de dollars). A contrario, le tremblement de terre qui a dévasté le centre de l’Italie en août n’a occasionné que 70 millions de dollars d’indemnisations pour le secteur, alors que le coût de reconstruction total est, lui, estimé à 5 milliards de dollars ! « La société est sous-assurée contre le risque de tremblement de terre […]. Par exemple, en Italie, qui est la huitième économie au monde, seulement 1 % des habitations sont assurées contre ce risque », rappelle Kurt Karl, le chef économiste de Swiss Re.

L’ouragan Matthew qui est passé cet automne sur les Caraïbes et le sud-est des Etats-Unis (plus de 4 milliards de dollars de pertes assurées), les tornades printanières aux Etats-Unis (3 milliards de dollars) ainsi que les inondations de la fin mai et du début juin en France et en Europe (2,9 milliards de dollars) auront coûté cher aux assureurs. Les feux de forêt dans l’Alberta (2,8 milliards de dollars) auront même été l’événement le plus coûteux de l’histoire pour le secteur de l’assurance au Canada.

En tout, quelque 10.000 personnes ont perdu la vie dans les différents désastres survenus en 2016.
Fonte: