CNP-La Banque Postale, la logica della bancassicurazione

L’unione di La Banque Postale e CNP, il principale assicuratore persone in Francia darebbe nuove armi alla filiale bancaria di La Poste.
Salvo colpi di scena, entro la fine del 2019, dovrebbe nascere un nuovo gigante bancario in Francia. Con il progetto di incorporazione di CNP Assurances, La Banque Postale aumenterà la sua presenza in un mercato francese altamente concentrato. Sulla carta, la filiale bancaria di La Poste sembra molto indietro rispetto ai suoi concorrenti con 5,7 miliardi di euro di entrate nel 2017, meno della metà rispetto al suo concorrente più vicino, Crédit Mutuel, e un risultato netto del gruppo di 800 milioni di euro.
Tuttavia, se consideriamo solo i ricavi generati dalle banche in Francia, La Banque Postale arriva al terzo posto. E il suo partner CNP Assurances è il più grande assicuratore persone in Francia. Ha registrato un utile netto di 1,28 miliardi di euro nel 2017 (+ 7% su un anno) per un fatturato di 32,1 miliardi di euro (+ 1,9%).

Edouard Lederer
L’union de La Banque Postale et du premier assureur de personnes en France donnerait de nouvelles armes à la filiale bancaire de La Poste.
Sauf coup de théâtre, d’ici à la fin 2019, un nouveau géant bancaire devrait naître sur le sol français. Avec le projet d’incorporation de CNP Assurances, La Banque Postale va hausser son niveau de jeu sur un marché hexagonal déjà très concentré. Sur le papier, la filiale bancaire de La Poste paraît loin derrière ses concurrents avec 5,7 milliards d’euros de revenus en 2017, moins de la moitié que son plus proche concurrent, le Crédit Mutuel, et un résultat net part du groupe de 800 millions d’euros.
Pourtant, « si l’on considère uniquement les revenus dégagés par les banques sur le territoire français, La Banque Postale arrive en troisième position », souligne Thomas Rocafull, associé chez Sia Partners. Et son partenaire CNP Assurances – moins connu du grand public car ses produits sont distribués via les réseaux bancaires sous leur propre marque – est le premier assureur de personnes en France. Il a dégagé un résultat net de 1,28 milliard d’euros en 2017 (+7 % sur un an) pour un chiffre d’affaires de 32,1 milliards d’euros (+1,9 %).
Pour l’heure, La Banque Postale distribue sous sa marque les contrats conçus, gérés et portés sur le bilan de l’assureur. Ce fonctionnement va perdurer demain, mais devrait s’approfondir et devenir plus intense. « CNP va devenir son usine à assurances pour tous les produits d’assurance et pas seulement pour l’assurance-vie », souligne aux « Echos » Olivier Sichel, directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts. Pour l’heure, c’est Groupama qui est le partenaire de La Banque Postale en assurance-dommages, une activité que ne pratique pas la CNP.
Concurrencer les mutualistes
Ce nouvel attelage pourrait surtout venir concurrencer les banques mutualistes, très présentes dans les petites villes et en zone rurale. Crédit Agricole affiche ainsi autour de 7.000 agences, là où La Banque Postale au travers des bureaux de poste peut compter sur 17.000 points de vente. Autre perspective esquissée : coordonner davantage l’action de La Banque Postale et de la Caisse des Dépôts au service du financement des territoires. L’intégration verticale d’un assureur est devenue un passage quasi obligé pour donner du tonus aux banquiers : ces derniers compensent la chute de leurs revenus d’intérêt en se développant dans les métiers de l’épargne et de plus en plus dans la protection des personnes, qui génèrent des commissions et des frais réguliers. « Les banques voient leur activité en assurance croître bien plus vite que les assureurs historiques, ce qui démontre l’efficacité de la relation bancaire pour vendre des produits d’assurance », souligne Thomas Rocafull. Le mouvement est déjà bien amorcé : en 2017, l’assurance a rapporté 222 millions d’euros de revenus à La Banque Postale, soit 3,9 % de son produit net bancaire. Elle représentait en revanche 12,9 % de son résultat d’exploitation.
« Pour CNP c’est aussi une bonne nouvelle. Un de ses principaux distributeurs devient son premier actionnaire », reprend Olivier Sichel. De quoi graver dans le marbre son partenariat avec La Banque Postale et espérer voir gonfler ses volumes de production. Avec La Banque Postale, CNP doit au passage se trouver conforté dans sa position multipartenariale, sans se dédier uniquement à sa future « maison mère ».
Signe de cette stratégie,l’assureur est enfin parvenu à conclure des discussions au Brésil, son deuxième marché après la France. Il a ainsi annoncé jeudi avoir conclu un nouvel accord de distribution exclusive au Brésil jusqu’en 2041 avec son partenaire la Caixa Economica Federal (CEF), deuxième banque publique du pays. Cet accord prévoit le paiement par CNP Assurances d’un montant fixe équivalant à 960 millions d’euros « à effectuer à la réalisation de la transaction », a indiqué jeudi le groupe.

Fonte: