Cambio in vista alla presidenza degli assicuratori francesi

I giochi sono ora (quasi) fatti per l’elezione a Presidente della Federazione Francese delle Assicurazioni (FFA) dopo una svolta dell’ultimo minuto. Candidato alla propria successione, Bernard Spitz, attuale presidente, ha alla fine deciso di non candidarsi per la rielezione di fronte al rifiuto di parte della professione, come rivelato giovedì da “L’Argus de l’assurance”.
E ‘quindi il nome di Florence Lustman, Chief Financial and Public Affairs Officer di La Banque Postale, che dovrebbe essere messo al voto dei 266 membri dell’AFF nell’assemblea generale del 18 giugno

Laurent Thévenin
Quelques jours avant l’élection à la présidence de la Fédération française de l’assurance, Bernard Spitz a renoncé à briguer un nouveau mandat. Florence Lustman, l’actuelle directrice financière et des affaires publiques de La Banque Postale, devrait lui succéder.
Les jeux sont désormais (presque) faits pour l’élection à la présidence de la Fédération française de l’assurance (FFA) après un rebondissement de dernière minute. Candidat à sa propre succession, Bernard Spitz, le président actuel, a finalement décidé de ne pas se représenter face au rejet d’une partie de la profession, comme l’a révélé jeudi « L’Argus de l’assurance ».
C’est donc le nom de Florence Lustman, directrice financière et des affaires publiques de La Banque Postale, qui devrait être proposé au vote des 266 membres de la FFA lors de l’assemblée générale du 18 juin prochain, ont indiqué aux « Echos » plusieurs sources. Selon nos informations, Bernard Spitz devrait assurer l’intérim jusqu’à la rentrée prochaine, le temps que celle-ci soit libérée de ses actuelles obligations professionnelles.
« Neutralité entre les trois familles »
Alors que cette élection aura longtemps divisé le secteur, les trois vice-présidents de la FFA représentant chacun une famille d’assureurs – Pascal Demurger (Maif) pour les groupes mutualistes, Jacques Richier (Allianz France) pour les sociétés anonymes et Pierre de Villeneuve (BNP Paribas Cardif) pour les bancassureurs – vont donc afficher une position unanime.
« Outre sa connaissance technique du secteur, la qualité que tout le monde reconnaît à Florence Lustman, c’est sa neutralité entre les trois familles », souligne un bancassureur. Inspectrice générale des finances, celle-ci a notamment été dans les années 2000 secrétaire générale de la Commission de contrôle des assurances (devenue depuis l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution).
Le secteur va aussi tourner une longue page, puisque Bernard Spitz avait d’abord été président de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) à partir d’octobre 2008. Il restera comme l’un des artisans de la création de la FFA, la « grande maison commune de l’assurance », née en juillet 2016 du rapprochement entre la FFSA et le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema).

Fonte: