Le groupe Maaf accélère sa croissance en assurance-vie

La Maaf poursuit sa diversification en assurances de personnes. La collecte en assurance-vie a augmenté de 15 % au 1er trimestre 2011 par rapport au même trimestre l’an passé, alors que le marché a reculé de 13 %. La Maaf attribue cette hausse à son contrat phare Winalto, qui a servi un taux de rendement annuel pour 2010 attractif de 4,11 % nets sur son fonds en euros. Cette croissance s’inscrit dans le prolongement de l’augmentation de 25,1 % de la collecte en assurance-vie sur l’ensemble de l’année 2010. Cette branche représente dorénavant près d’un quart du chiffre d’affaires global de la mutuelle à 3,9 milliards d’euros (+ 7,9 %). Ces résultats illustrent le plan de « rééquilibrage stratégique » du groupe Maaf historiquement très présent en assurance dommages. Pour se diversifier, la mutuelle mise sur ses 4,1 millions de sociétaires (+2,3 % par rapport à 2009).

augmenter les « clients multi-équipés »

« Un client qui possède plusieurs produits chez nous est beaucoup plus fidèle. Notre objectif est donc d’augmenter le nombre de clients multi-équipés, que ce soit en contrat d’assurance-vie, santé ou prévoyance », indique Étienne Couturier, directeur général délégué du groupe Maaf. En prévoyance, le taux d’équipement des sociétaires est de 43 %. Dans cette branche, le chiffre d’affaires a augmenté de 9 % en 2010 à 105 millions d’euros pour 27 300 contrats signés supplémentaires. En santé, les primes ont progressé de 7,5 % à 454 millions d’euros mais le groupe Maaf a perdu 8.600 contrats en 2010, hors couverture maladie universelle et même 11.500 en comptant cette dernière, en raison du développement des accords collectifs de branches professionnelles en assurance santé. Dans sa spécialité historique, l’assurance auto, le PDG du groupe Thierry Derez, s’est félicité d’avoir passé le seuil « des 100 000 contrats supplémentaires en 2010 », pour un chiffre d’affaires auto de 1,4 milliard d’euros (+2,3 %). Le ratio combiné s’est en revanche dégradé à 102,4 % en 2010 contre 101,9 en 2009 notamment en raison des événements climatiques.

Mathias Thépot