Assureurs français : les enjeux des présentations de comptes

Dans la lignée d’un premier semestre réussi, CNP Assurances et Groupama jeudi, puis AXA vendredi, devraient faire état d’une bonne année 2013. Les trois assureurs sont à des étapes très différentes de leurs histoires.

CNP Assurances : des questions stratégiques

Pour un peu, les résultats de CNP Assurances passeraient presque au second plan cette année. La partie qui se joue en coulisses entre l’assureur et le groupe BPCE sur la suite de leurs accords commerciaux au-delà du 31 décembre 2015 monopolise en effet l’attention. Les investisseurs espèrent, sans trop y croire, des indications sur ce dossier crucial. Mais, selon nos informations, les discussions n’ont toujours pas commencé et la situation semble pour l’instant dans l’impasse. En attendant, les résultats présentés jeudi promettent « d’être bons, sans être mirobolants non plus », estime un analyste. « La croissance des résultats sera limitée par le renforcement des réserves », anticipe un autre. Tous s’attendent à ce que l’assureur ait doté à nouveau sa provision pour participation aux excédents. Sur les neuf premiers mois de l’année, CNP Assurances a enregistré un résultat net de 811 millions d’euros. Alors que l’assureur mise plus que jamais sur le Brésil, son deuxième marché après la France, les analystes surveilleront de près l’impact de la forte dépréciation du real brésilien sur les comptes. Enfin, ils espèrent que l e groupe renouera avec un paiement du dividende en cash, après avoir proposé deux années de suite l’option dun paiement en actions.

Groupama : retour aux bénéfices annoncé

Groupama a annoncé la couleur. L’exercice 2013 marquera le retour dans le vert après les lourdes pertes des années précédentes (- 589 millions d’euros en 2012 et – 1,8 milliard en 2011). Thierry Martel, son directeur général, a même promis des bénéfices « très significatifs ». Au premier semestre, l’assureur a déjà dégagé un bénéfice de 187 millions d’euros. Le niveau de la marge de solvabilité (qui s’élevait à 170 % à fin juin après avoir touché le fond en 2011) sera scruté avec attention. Le travail abattu en deux ans (ventes d’actifs et de filiales, réduction des risques au bilan, etc.) se traduit donc dans les chiffres, ce qui a valu au passage à Groupama de voir sa note relevée à BBB par Fitch. L’assureur a fait de l’amélioration de la rentabilité opérationnelle son grand objectif et il sera très attendu sur ce plan-là. Reste à voir si le ratio combiné(sinistres et frais rapportés aux primes) du premier assureur agricole français n’aura pas trop souffert après les nombreuses intempéries de l’année dernière.

AXA : la confirmation

De l’avis général, Henri de Castries, dont le mandat de PDG devrait être prolongé pour 4 ans supplémentaires lors de l’assemblée générale de 2014, devrait afficher des résultats de bonne tenue. « On attend une bonne dynamique opérationnelle aussi bien en vie – avec en particulier une amélioration aux Etats-Unis – qu’en non-vie », pronostique Benoî t Valleaux (Natixis), qui table sur unrésultat opérationnel de 4,8 milliards d’euros (en hausse de 13% sur un an). Raphaël Caruso (Raymond James Euro Equities), lui, anticipe 4,7 milliards d’euros de résultat net. Le groupe s’est « bien métamorphosé ces dernières années », explique-t-il et devrait profiter d’un développement de plus en plus fort sur les activités de biens et de responsabilité – « un segment très rentable » -couplé à un redressement de l’activité d’épargne en unités de compte.

Laurent Thévenin